L’ANNIVERSAIRE PALYNDROMIQUE de CHARLES FRANCOIS BONNEVILLE

Pour l’un de nos ascendants de la 8ème génération le 11.11.11 est l’anniversaire de sa naissance.

Le 242ème pour Charles François BONNEVILLE. Charles François nait le samedi 11 novembre 1769 à BRANCOURT-LE-GRAND dans l’Aisne.

Son père Jérôme y est mulquinier. Les BONNEVILLE y sont présent depuis les années 1600.  Pour tout savoir retrouvez LES BONNEVILLE/Les origines)

Sa mère Angélique DUCHAUSSOY meurt alors qu’il n’a que 4 ans.
Il sera mulquinier, comme son père, et ses ancêtres avant lui. Puis marchand de linon.
Son père meurt le 2 mars 1797, Charles est âgé de 27 ans.
Nous retrouvons Charles François le jeudi 30 octobre 1800, pour son mariage avec Marie Julie BOITELLE née dans le Nord, à CREVECOEUR sur l’ESCAUT.

Son frère André Jérome Thomas sera un de ses témoins.

Charles François et Marie Julie auront  sept enfants dont Charles François, né en 1803, Charles Joseph Aimable Prosper né en 1805 et Aline Rosalie en 1808 qui décède un an plus tard. Charles François ne travaille plus dans le tissage ou son commerce. Il est alors boulanger.

Cette même année,  il est témoin lors du décès de Charles François BONNEVILLE Prieur de BRANCOURT.

Plus tard, 2 enfants naitront encore : Marie Catherine Virginie en 1812 et Julie Adèle en 1814.

En 1833, sa fille Marie âgée de 21 ans meurt. Charles François a alors 63 ans. Sur l’acte de décès, Charles François est ménager alors qu’il était propriétaire 3 ans plus tôt lors du mariage de son fils ainé. Revers de fortune ?

Après cette date, je n’ai pas retrouvé d’autres traces de Charles François et Marie Julie, mais leurs descendants resteront à BRANCOURT avant d’aller à SAINT-QUENTIN.

Mots-clefs : , ,

2 commentaires sur “L’ANNIVERSAIRE PALYNDROMIQUE de CHARLES FRANCOIS BONNEVILLE”

  1. David dit :

    Les actes de décès sont les plus difficiles à trouver. Il est peut-être mort à un âge très avancé, ou alors qu’il était en déplacement dans un village voisin.
    « Mulquinier », quel joli nom de métier!
    Ce qui est bien aussi quand on arrive au début du XIXème, c’est que les prénoms deviennent nombreux et variés. « Charles Joseph Aimable Prosper » est bien plus joli que « Jean » ou « Joseph »!

  2. admin dit :

    Effectivement, pas de trace à Brancourt-le-Grand, mais il faudrait que j’explore les villages alentours ou peut-être Saint-Quentin, où sont allés ses descendants…

Laisser une réponse