V comme VALLADOLID

Lorsque je me suis intéressée à mon histoire familiale, j’ai d’abord recueilli des informations auprès de mes parents. Mon père m’a, entre autres informations, communiqué le fait qu’il avait lui-même entendu dire par ses parents que nous avions une ancêtre espagnole, mais c’était vague.  Cette histoire m’est restée en tête, cependant mes recherches à propos de la branche paternelle m’ont conduit dans l’Aisne …. Et celle de sa branche maternelle en Haute-Garonne mais pas plus loin…

Il aura fallu que j’explore la branche de mon arrière-arrière grand-mère paternelle, Berthe Perot, née à Saint-Quentin, comme beaucoup de mes ascendants pour qu’enfin je sois sur la piste espagnole …

LES CONSEQUENCES DE LA GUERRE NAPOLEONIENNE

C’est grâce à Noël Expiré PEROT, mon aieul de la septième génération, -SOSA 68. Il est né le mercredi 15 décembre 1790 à Épehy dans la Somme. (Son deuxième prénom est très étonnant)

Plus au Sud…

24 ans plus tard, nous  trouvons sa trace le 2 mai 1814 beaucoup plus au sud de la France : à VILLASAVARY dans l’Aude à l’occasion de la naissance de son fils Michel.

L’acte de naissance de Michel nous apprend que a son père est Noël Expiré fondeur en métaux, âgé de 23 ans et sa mère  Pétronille GARCIE, âgée de 18 ans, née à VALLADOLID ! Voilà enfin cette ancêtre espagnole dont la famille a gardé la mémoire !

Toujours grâce à l’acte de naissance de Michel, nous apprenons que Noël Expiré, est boulanger « à la suite de l’armée ».

Les témoins de cette naissance sont  Antoine François BALLERY Boulanger de l’armée et Michel MOOS Brigadier boulanger de l’armée. Autant de boulangers de l’armée comme témoins…cela pourrait expliquer la localisation de Noël dans l’Aude à cette période, fin de la guerre d’Espagne et période de repli des français jusqu’aux Pyrenées (de mai à juillet 1813).

Six mois auparavant, de mai à juillet 1813, Joseph Bonaparte et l’armée française reculèrent jusqu’aux Pyrénées. Napoléon comprit sa défaite et accepta le retour de l’ancien roi d’Espagne, Ferdinand VII dans son royaume. Début 1814, la Catalogne était reconquise par les Espagnols. La guerre d’Espagne s’achevait (Sources :Wikipedia)

Peut-être Noël Expiré revient-il d’Espagne où il était basé ? Il y aura rencontré  sa compagne, Pétronille GARCIE à  VALLADOLID dont le père, Segard GARCIE, est d’ailleurs boulanger. Peut-être le suit-elle ou part-elle avec lui lorsque les français se replient…

VILLASAVARY où naitra leur premier enfant, n’est pas si loin de la frontière espagnole, 300 km tout au plus…A moins que Pétronille n’ait été déjà installée en France.

Une autre hypothèse est à envisager : pour échapper à la conscription, Noel Expiré choisit d’exercer un métier jugé nécessaire à l’effort de guerre, comme celui de boulanger par exemple…Il travaille donc avec l’armée.

En 1798, sous le Directoire, la loi Jourdan institue la conscription militaire obligatoire pour les hommes de 20 à 25 ans. Le service militaire est alors de 5 ans, mais bien des stratagèmes permettent d’échapper pour un temps ou définitivement à la conscription…

De retour au Nord…

La mère de Noel Expiré, Marie, meurt le 11 août 1819. Noël a alors 28 ans.

Deux ans plus tard, le 23 juin 1821, Noel Expiré a un deuxième fils : Aimé à Saint-Quentin dans l’Aisne. Aimé est reconnu seulement par sa mère et s’appelle donc Aimé GARCIE. Nous découvrons avec cet acte que Noël et Pétronille n’étaient donc pas mariés, contrairement à la déclaration faite sur l’acte de naissance de leur premier enfant Michel.

Le 11 janvier 1823 naît Jean. Déclaré né de Jacob Expiré Noel PEROT et Petronille GARCIE sur son acte de naissance.

Le 16 janvier 1825 naît sa fille Marie, toujours à Saint Quentin. Elle est déclarée née de Jacob Aspiré Noel PEROT et Petronille GARCIE

Le 11 mai 1826 naît Louis Joseph. Noël est âgé de 35 ans. Cette fois, l’enfant sera déclaré né de Pétronille GARCIE et porte donc le nom de Louis Joseph GARCIE

Le 23 avril 1829 naît Adèle, non plus à Saint-Quentin, mais à Ancy-le-Franc en Bourgogne, à 300 km du lieu de vie de la famille. Adèle est déclarée née de Noel Jacob Aspiré et de son épouse Pétronille Garcie. Adèle n’a pas eu beaucoup de temps pour admirer le château…

(Image : patrimoine de france)

Car 2 ans plus tard, en 1831, on retrouve la famille  à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. Noel Expiré exerce le métier d’ouvrier fondeur.  Ils habitent 433 rue d’Artois à la naissance de son fils Philippe, le 16 mai 1831. Noël a alors 40 ans.

Sans cesse en mouvements, oui, mais pourquoi ?

Devant ces changements fréquents d’identité et de domicile, je me suis interrogée. Qu’est ce qui peut pousser un homme –hormis la nécessité de trouver un travail- à changer autant, hormis l’amour du changement? 4 domiciles, des déclarations multiples d’enfants sous des identités différentes. J’ai trouvé une piste qui donne un éclairage à la vie de Noël Expiré avec Comment échapper à la conscription ?

-    Changer d’identité : par exemple en entretenant volontairement une confusion d’identité, notamment de prénom, avec un frère ou une autre personne… d’autant que les nombreuses erreurs des registres paroissiaux ou d’état civil de la période facilitent les choses.
- Changer de résidence : certaines familles profitent d’un changement de village pour dissimuler l’existence de certains fils… mais ceux-ci restent à la merci d’un contrôle des autorités.

sources : Louis Bergès, Résister à la conscription 1798-1814,

Le père de Noel, Charles Philippe meurt le 28 décembre 1833, à l’âge de 66 ans. Noël est âgé de 43 ans.

Mariages en série..

Tels fils

En 1842, le 13 septembre Aimé GARCIE, fondeur en métaux comme son père, se marie à Saint-Quentin .Deux ans plus tard, le 13 mai 1844, c’est au tour de Louis Joseph GARCIE de se marier. En 1844, la famille est de retour à Saint-Quentin, dans l’Aisne, et domiciliée Boulevard d’Orléans.

Tel père

L’année 1844 est particulière : c’est l’année du mariage de Noel Expiré PEROT et de Pétronille GARCIE fille de Segard GARCIE et de Maria ANTONIO VILLANOVA le dimanche 15 décembre 1844 à Saint-Quentin. A cette occasion, Noël Expiré reconnait ses 7 enfants. Imaginez la longueur et  le nombre de pages de leur acte de mariage !

Est-ce parce que finalement il était trop difficile d’échapper aux contrôles ? ou parce qu’à 54 ans, Noel ne souhaite plus être obligé de changer de lieu de vie ?

Sont témoins :

  • du côté de l’épouse : Louis Joseph HENRY   et Nicolas François REMEPONT
  • du côté de l’époux : Nicolas Philibert LEBRUN et Louis François COUTTE  (probablement le beau père de Louis Joseph).

En 1851, Noël Expiré habite à Saint-Quentin avec femme et fils 2 Faubourg Saint Martin. Cinq ans plus tard, le 18 mars 1856, son épouse Pétronille meurt, à l’âge de 60 ans.  Leur fils  Aimé, témoin du décès, porte enfin  le nom d’Aimé PEROT.

Le 10 mai 1864 Louis, un des fils meurt, à l’âge de 38 ans.

En 1868, à Saint-Quentin En 1868, Noel Expiré habite toujours à Saint-Quentin 18 rue de la Pomme Rouge.

Noël Expiré PEROT décéde le vendredi 24 avril 1868, à l’âge de 77 ans, à Saint-Quentin. Il est mentionné ancien mouleur sur son acte de décès.

Sur son acte de décès, nous apprendrons que Noel Expiré s’était remarié avec Marie Anne DARNOY.

 

Un commentaire sur “V comme VALLADOLID”

  1. [...] nouvelle Victoire Brehamet(1838-1914) | Ville-Marie, ancêtre de Montréal Valladolid Lorsque je me suis intéressée à mon histoire familiale, j’ai d’abord recueilli des [...]

Laisser une réponse