Les BOUCHER/ Episode 3 : de tisserand à manouvrier…

Nous poursuivons l’histoire des BOUCHER. Si vous souhaitez faire un retour en arrière, voici l’épisode 1 et l’épisode 2 enrichis de nouvelles informations.

[Generation 3]

Voici maintenant la vie de Nicolas, né en 1723 (sosa 192). Il est baptisé par le père CHAVARD, vicaire de la commune de VILLY-LE-BAS. Sa marraine est Marguerite DUNEZ et son parrain Nicolas FOURNOT.  Cette période est rude : des famines ravagent la Normandie. On vit d’herbes des champs. Louis XV est roi de France depuis un an.

Nous trouvons une première trace de Nicolas, le 6 mai 1750, à 27 ans : il est parrain de Marguerite QUEDEVILLE.

Nous le retrouvons pour son mariage le 31 juillet 1758. Manouvrier, il épouse Marguerite FEUILLET. Ils ont tous deux 35 ans.Comme le montre l’usage, les témoins sont des proches : le frère de l’épouse, François FEUILLET, le cousin germain de l’époux, Jean FOURNOT. Le père de l’épouse François Feuillet est présent également.

Revenons sur le métier qu’exerce Nicolas : celui de manouvrier.

Les manouvriers, manoeuvres, brassiers ou journaliers sont des paysans qui travaillent de leurs mains, avec des outils rudimentaires en bois, parfois relevés de fer (bêche, fourche, faucille, rarement une faux). Ils se distinguent surtout par le fait qu’ils ne possèdent pas de bêtes de labour, de trait, de somme, ou même de bât et n’ont jamais de cheval (trop cher !). (sources : Thierry SABOT le monde du travail)
journalier-manouvrier.jpg

Le 24 août 1759 naît leur fils François Nicolas. Ses parents ont 36 ans. Un an plus tard naitra Marie Marguerite. Est-ce que sa mère Marguerite meurt des suites de cette naissance ? Elle décède le 23 novembre 1760, à 37 ans. Sur son acte de décès, il est mentionné Marguerite FEUILLETTE : encore une féminisation du nom de famille alors que son nom est FEUILLET… Le père de Nicolas, François, est  présent.

Nicolas ne reste pas veuf longtemps. Le mardi 7 avril 1761 à LA PIERRE GRANCOURT, il épouse Marie Magdeleine FOURNOT, 31 ans,  fille de Robert FOURNOT et de Marguerite ISAAC. Il est toujours manouvrier. Elle exerce le même métier : manouvrière. Pour cette branche familiale, c’est la première mention d’un métier féminin…François BOUCHER, le père de Nicolas, est également présent à ce mariage.

Leur premier enfant Jean Baptiste nait le 28 mars 1761. Suivi de Marie Madeleine en 1762. Cette même année, la mère de Nicolas, Françoise, meurt.  Leur 3ème enfant, Anne nait en 1765. Puis Nicolas en 1767, et Pierre né en 1769. Leur dernière fille Marie Madeleine née en 1770 ne vivra pas (elle porte le même prénom que sa soeur ainée, dont on peut se demander si elle a vécu..)

Cette année là, son père décédera.

Quatre ans plus tard, en 1774, Louis XVI devient roi.

Quatorze ans plus tard, le 16 mars 1785 Marie Magdeleine, seconde épouse de Nicolas, meurt à l’âge de 55 ans. Le témoin est son beau-frère.  Nicolas est alors âgé de 61 ans. Subira-t-il les conséquences de la Révolution de 89 ?

Que sont devenus leurs enfants ? Des adultes, bien sûr. L’ainé François Nicolas est herbager, Marie Madeleine est domestique et son mari Jacques Martin QUEDEVILLE, tonnelier. Pierre est journalier.

En 1794, son fils Pierre épouse Marie Christine LE TALLEUR à HESMY, village proche de celui de VILLY-LE-BAS. Nicolas n’assiste pas au mariage ; Sur l’acte de mariage, il y est mentionné  comme

« journalier  à Villy, âgé de 65 ans »

En fait, grâce à son acte de naissance, nous savons que  Nicolas a 70 ans. Travaillait-il encore à cet âge avancé ? Son absence est-elle liée à son impossibilité  de  se déplacer ?

Nicolas BOUCHER décéde  6 ans plus tard,le 5 novembre 1800, à l’âge de 77 ans, à VILLY-LE-BAS.

Sont présents : François Nicolas BOUCHER le fils de son premier mariage, Jacques Martin QUEDEVILLE, son beau-fils, tous deux mentionnés comme cultivateurs.

Mots-clefs : ,

Laisser une réponse