MON BLOG A 1 AN : DEJA !

+ 365 jours et + 100 ascendants !

Lorsque j’ai commencé ce blog avec COMME UN PUZZLE, j’y ai mentionné le nombre de mes ascendants : 162. Je viens de découvrir que mes recherches m’ont permis de passer à 262 ascendants, et surtout de découvrir beaucoup sur le mode de vie des siècles passés.

Comme un puzzle qui se constitue peu à peu, voici à la manière d’un inventaire, quelques éléments qui ont ponctué mes recherches au gré des archives départementales :

LE TEMPS OU LE MODE DE VIE ETAIT DIFFERENT

LES CEREMONIES

  • FIANCAILLES

La cérémonie de fiançailles avait lieu la veille du mariage selon l’usage en 1775 

  • MARIAGE:

Maurice DEQUAY et Marie Louise PAGE « ont été épousé en face de l’Eglise » (sources : Archives de l’Aisne/SAINT QUENTIN/1766)

Pour tout savoir sur cette expression, je vous invite à lire Devant la porte de l’Eglise, article de GENEANET.

  • NAISSANCE :

« père non dénommé » : acte  de naissance de Joseph ASSON le 10 août 1871 (sources : Archives de Paris/1871)

LES EPIDEMIES ETAIENT MEURTRIERES

Jean Pierre SERVAT décéde de l’épidémie de choléra le 2  mai 1869 à CABANAC (sources : Archives de Haute Garonne/Cabanac Cazaux)

LES FILLAUDS EXISTAIENT VRAIMENT

A FREJUS en 1876, lors du Recensement, Marie alexandrine CASTAGNE est présente avec son mari, Jacques ESCOFFIER, leurs filles Adeline et Angeline. Les 2 enfants issus du premier mariage de Jacques ESCOFFIER, Marie & Louis ESCOFFIER sont dénommés “fillaud & fillaude” sur le registre. (sources : Archives du Var/Fréjus/Recensements)

LES PERES ETAIENT ABSENTS DES ACTES DE NAISSANCE DE LEURS ENFANTS

C’est le cas d’André Jérome BONNEVILLE : mentionné « absent » pour la naissance de Louis en 1739 puis à celle de Charles en 1743.

Maurice DEQUAY est noté « absent » sur l’acte de naissance de son premier fils Louis en 1767, et aussi pour son deuxième fils Armand en 1768. Absent une fois, mais absent 2 fois : est-ce le signe du protestantisme ? ou simplement un métier trés prenant ?

LES ENFANTS NAISSAIENT AU DOMICILE DE LEURS PARENTS

Il y a un peu plus d’un siècle Armande Yvonne ASSON, le 13 mai 1905 à PARIS  est déclarée née au domicile de ses parents, rue Pierre Levée  (on y avait trouvé un menhir) Paris 11ème. (sources : Archives de Paris)

LE TEMPS OU L’ON POUVAIT DEJA MOURIR ISOLE

Il s’agit de Louis ASSON, 67 ans,  le 16 septembre 1910 à PARIS, dans le 6ème arrondissement, rue du Regard :

« décédé en son domicile à une époque que les témoins n’ont pu préciser mais qui pourrait remonter au 16 septembre »

Déclaration faite le 22 septembre (sources : Archives de PARIS)


LE TEMPS OU IL Y AVAIT LES ACTES…. ET LA LIBERTE PRISE AVEC

LE PRENOM SE TRANSMETTAIT DE PERE EN FILS

  • François MAUBE né en 1857 aura un fils François MAUBE en 1879
  • Alexandre Henry MALLET (1822) et son fils Alexandre Henry né en 1863
  • Jerôme BONNEVILLE :  prénom porté sur 3 générations

avec des variations bien sûr :

  • Maintenir le 1er prénom : Jean Charles puis Jean Louis DELHORBE
  • Maintenir le 3ème prénom : Jean Julien Valentin aura un fils Auguste François Valentin VILLET (1795)

MAIS ON NE RESPECTAIT PAS OU PEU L’ORDRE DES PRENOMS DE L’ETAT CIVIL

Charles, Joseph, Aimable, Prosper BONNEVILLE signe du nom de Prosper BONNEVILLE, son 4ème prénom sur son acte de mariage le 5 octobre 1829. Pour se distinguer de son père Charles qui signe de son 1er prénom ?

André Jérome BONNEVILLE signe Jérome

LE TEMPS OU IL ETAIT FACILE DE FAIRE EVOLUER SON NOM

ABBO se francise en ABBE lors d’une déclaration sur un acte de naissance en 1826 : leur histoire est ici

Ou de jouer avec l’orthographe…

Armand Fidel DE QUAY : voilà l’orthographe de son nom sur son acte de naissance en 1768. Il signe DEQUAY en un mot sur l’acte de divorce de 1802. Puis DESQUAIS sur l’acte de naissance de sa fille en 1808.

Son fils signe DEQUEXT lors de son mariage en 1824.

Ils savaient signer, mais savaient-ils lire ?

Parfois, il fallait cependant faire les choses de manière officielle :

A BREST, en 1829,Geneviève Gabrielle TRAOUY (1778_) passe par un Jugement du Tribunal civil de BREST qui substitue le nom TRAOUILL en TRAOUY.

Ou de faire évoluer son prénom

Jacqueline TRUFFET (1773- 1840) appelée Jacquemine sur plusieurs   actes de naissance de ses enfants.

LE TEMPS OU L’AGE ETAIT APPROXIMATIF

Etienne BERNARD (1805- 1871) déclare avoir 34 ans (au lieu de 40) sur l’acte de décès de son fils Auguste Jacques en 1845.

LE TEMPS OU LA DATE DE NAISSANCE CONDITIONNAIT LE PRENOM

Noel GALLET né le 25 décembre 1808 : pour en savoir plus, cliquez

LES DECOUVERTES

CAS PARTICULIERS

  • Une représentante représentée : née en 1744, Anne CAUVIER, représentante légale de Anne Maxime, dont le père est décédé. Anne CAUVIER sera elle-même représentée lors du mariage de sa petite fille, car trop âgée (65 ans au moins) par Louis André, boulanger de la commune ainsi qu’il résulte de l’acte de procuration passé par le Sieur Gandolfe, notaire à Bagnols (sources : Archives du Var/Fréjus)
  • Reconnue par sa mère : le 19 avril 1883, Acte de reconnaissance de Elise Léonie par sa mère Elisa Octavie Delhorbe avant son mariage.

« et consent qu’elle jouisse des droits accordés par la Loi aux enfants naturels » (source : Archives de l’Aisne/Saint Quentin)

La mention du nom de la mère sur l’acte de naissance ne valait pas reconnaissance !

CONFUSIONS

  • J’ai trouvé mention de SAINTE MAXIME comme lieu de naissance pour Anne Maxime… MICHEL alors qu’elle est née 3 février 1785 au PUGET SUR ARGENS. Confusion entre le nom et le lieu ?
  • Sur l’acte de décès de Armand Fidel DEQUET, il est mentionné

« époux de Flury Le Martel » : il doit s’agir d’une erreur de transcription…voire de compréhension. En effet, Armand Fidel  s’est marié à FLAVY LE MARTEL, petit village de l’Aisne. L’expression  « marié à », a peut-être été comprise comme marié à la personne X et non comme à tel endroit. L’acte délivré à l’autre bout de la France, à TOULON, montre que l’on ne connaissait pas ce village de l’Aisne.  Mention sur l’acte de décès de son fils Dominique Philippe. (sources : Archives du Var/TOULON/ 1828)

HASARD & COINCIDENCES

- même numéro de naissance et décès pour Dominique Philippe ABBE (1826_1912) : le 77

- nés sur la même page et réunit un certain 23 juin 1884, jour de leur mariage : c’est le cas de Martin Alphonse TILLIE & Marie Rosalie SPILLEMACKER : cliquez ici pour voir les actes.

Nota bene

Toute ressemblance avec mes ascendants et leurs proches n’est pas fortuite…

Le commentaires sont fermés.